Ressources Humaines

Santé, sécurité et qualité de vie au travail

Santé au travail et dialogue social

  • Imprimer la page
  • Envoyer la page
  • Ajouter la page à votre panier
Le dialogue social en matière de santé au travail intervient à trois niveaux
  1. À l’échelle européenne, les actions de prévention sont présentées annuellement au groupe de travail santé-sécurité du Comité d’entreprise européen.
    1. Ce Comité a été consulté en décembre 2013 sur la politique santé-sécurité du Groupe
  2. Au niveau du Groupe en France
    1. En 2013, des sujets santé-sécurité majeurs tels que la politique santé au travail et les chiffres clés de la santé au travail ont été présentés au Comité de Groupe France, réunissant les représentants du personnel des principales sociétés françaises du Groupe.
  3. À l’échelle d’EDF, un accord collectif relatif au dialogue social concernant la santé au travail signé en 2010 a donné lieu à la création en 2011 d’un Groupe national de santé au travail, le Comité de Groupe France.
    1. Ce groupe multidisciplinaire a mis en place quatre groupes de travail sur :
      - la réforme de la médecine du travail et son impact sur l’organisation des services de santé au travail,
      - la santé des prestataires
      - les pratiques addictives
      - le lien entre la santé et l’allongement de la vie active.

Les travaux de ces groupes aboutiront à des recommandations aux directions de l’entreprise.

Les secrétaires des Comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) se réunissent désormais annuellement pour faciliter le partage sur le fonctionnement de ces organismes, l’expression des besoins de formation, les aspects juridiques et des sujets d’actualité (document unique, réforme de la médecine du travail, etc.).

Depuis 2011, une réunion par an du Comité central d’entreprise (CCE) est consacrée exclusivement au sujet de la santé et de la sécurité, concrétisant l’approche multidisciplinaire des questions de santé.

À l’international, le dialogue social sur la santé et de la sécurité au travail relève soit de l’application directe de législations propres à chaque pays, soit d’un accord entre partenaires sociaux.
  1. En 2013, EDF Energy et les organisations syndicales ont trouvé un accord pour coopérer à la mise en oeuvre de la charte sécurité des représentants du personnel en développant et pilotant un ensemble d’indicateurs clés. En outre, un travail conjoint a été mené pour mettre en place un plan stratégique sur la santé et le bien être au travail.
    1. En novembre 2013, EDF Energy et les syndicats GMB et Unite ont abouti à un accord majeur pour les salariés qui contribueront à la construction de la centrale nucléaire d’Hinkley Point. Ces accords participent de l’engagement d’EDF Energy à travailler avec les organisations syndicales et les contractants afin de créer un climat favorable pour une industrie à la fois soucieuse de la sécurité, de la qualité et de la productivité.
  2. À Edison, le dialogue entre les salariés et le management sur la santé et la sécurité est continu, via des réunions planifiées dans l’année et impliquant un grand nombre de salariés.
    1. Ce dialogue a abouti à un accord sur la formation en matière de santé et sécurité, signé par les organisations syndicales le 20 mai 2013.
  3. Chez Démász, les questions de santé et sécurité sont discutées régulièrement au sein du Comité paritaire pour la santé et la sécurité. En outre, le management consulte régulièrement les salariés sur la mise en oeuvre de son plan d’action santé.