Sûreté

Préparation aux situations d’urgence

Au Royaume-Uni

Des exercices de niveaux différents

EDF Energy teste régulièrement ses plans d’urgence, avec des exercices de niveaux différents.

Niveau 1

  1. Chaque équipe opérationnelle effectue un exercice de crise au moins une fois par an.
  2. Chaque site effectue chaque année, conformément aux prescriptions de l’ONR, un exercice interne complet pour démontrer l’adéquation de ses dispositifs.

Les exercices de niveau 1 se concentrent sur les actions de responsabilité de l'exploitant mais les services de secours y participent pour s’entraîner et ajouter du réalisme aux actions engagées. Ils sont évalués par l’ONR.

Les exercices de niveaux 2 et 3 testent les plans d’intervention externes aux sites.

Niveau 2

  1. Portée locale.
  2. Tous les trois ans pour chaque site.

Ils impliquent les administrations locales qui peuvent ainsi réviser leurs dispositifs de crise.

Niveau 3

  1. Un exercice annuel pour tester le plan de crise national.
  2. Implication des administrations locales, activation de la salle de crise de Whitehall ou de celle du gouvernement écossais.
  1. Focalisé sur la deuxième journée d’un évènement nucléaire, l'exercice Charlie exigeait des participants une compréhension partagée des évènements de la première journée et a fait émerger le concept de Cellule de réflexion de crise

En plus de ces exercices obligatoires, les centrales testent des situations variées lors d’une centaine de simulations et d’entraînements chaque année. Les enseignements de tous ces exercices sont partagés et servent à améliorer les plans d'urgence et les programmes d'exercices futurs.

Des améliorations aux dispositifs de crise

En 2013, une centaine d’exercices ont fait appel à des scénarios divers, selon les plans de formation des centrales. Ces exercices ont été, pour beaucoup, évalués par des pairs indépendants : ingénieurs chargés de la préparation de crise dans d’autres centrales, professionnels de la gestion de crise, évaluateurs de sites SRD / NIO, membres du groupe de planification de crise disposant d’une expérience opérationnelle sur l’ensemble du parc.

Le retour d'expérience a conduit aux améliorations suivantes :

  1. efficacité de la chaîne de commandement : informations, gestion des ressources
  2. alignement de la prise de décisions et des priorités entre les centres d’urgence
  3. intégration avec la gestion de la continuité des activités
  4. optimisation de l’alignement des dispositifs de réponse sécurité et sûreté
  5. élaboration d’une matrice identifiant les zones testées par tous les exercices et valorisation de l'apprentissage pour définir le périmètre des scénarios de crise à tester sur et hors site.

Des actions ont aussi été engagées pour mieux gérer des évènements affectant simultanément plusieurs réacteurs :

  1. optimisation de la structure de contrôle/commande et des procédures pour le Centre d’assistance d’urgence
  2. amélioration du soutien entre centrales (personnel d’urgence) pour garantir une capacité de réponse sur l’ensemble du parc
  3. optimisation du système informatique de gestion des urgences (TiiMS).
L'avis de l’ONR sur le dispositif de crise d’EDF Energy
  1. Maîtrise démontrée grâce à des échanges réguliers : réunions de revue des exercices annuels, comités consultatifs biannuels de planification de crise, observations réalisées au cours de l’exercice de Niveau 1 annuel où l’équipe d’évaluation interne identifie les écarts éventuels en anticipant la revue par l'ONR.
  2. Validation des préconisations présentées.
  3. Demande de tests complémentaires dans le cadre des scénarios d’exercices et d'un suivi des délais des améliorations et actions engagées.
  4. Confiance en la Direction Réglementation et Sûreté (SRD) comme régulateur interne qui doit continuer à suivre l’adéquation des dispositifs via des programmes de surveillance planifiée.