Impacts

Les sols et les paysages

Pollution des sols

Thème(s) de l'article :

Les installations industrielles modifient les paysages et peuvent polluer les sols par leurs rejets ou les substances qu'elles emploient. La prévention est la démarche la plus efficace. A défaut, le Groupe s'attache à dépolluer les sols avant de les restituer.

La prévention des pollutions

La prévention des risques de pollution des sols et des eaux souterraines repose sur la logique de défense en profondeur et passe par :

  1. des analyses de risques de pollution liés à l'exploitation, à la maintenance lourde et à la construction d’équipements
  2. l'application de règles de prévention : maîtrise des opérations d’exploitation, gestion des effluents, de leur transfert et de leur stockage avant rejet
  3. le déploiement de parades adaptées : équipements assurant une barrière entre les substances dangereuses et l’environnement (stockage dans des contenants à double paroi ou équipés de cuvettes de rétention), surveillance de l’environnement (notamment aquifère), formation, procédures (par exemple dépotage), exercices d’urgence avec des kits anti-pollution.
  1. Piézomètres supplémentaires et surveillance renforcée sur tous les sites nucléaires en France depuis 2013
  2. Les sociétés d’EDF Polska contrôlent en permanence la qualité des eaux souterraines et de surface aux abords des stockages de cendres : les études montrent l'absence d'impact nocif sur l’environnement. De plus, les véhicules transportant les poussières de combustion utilisent des bennes étanches pour minimiser le risque
  3. EDF Wybrzeże : 3 exercices de crise environnementale avec les services d’incendie nationaux, sur le thème des fuites d’acide chlorhydrique en 2013

Pour réduire la probabilité du risque, les entités et filiales du Groupe diminuent leur utilisation de produits dangereux en leur substituant, quand c’est techniquement possible, des produits moins nocifs pour l’environnement et la santé. Ces substitutions sont étudiées dès la conception des installations ou lors de la modification des installations.

  1. Avec l’appui d'EDF-Transport & Logistique, EDF SEI s'emploie à réduire le risque d'une pollution terrestre ou maritime par du fuel : renforcement de la sécurité des transports maritimes, travaux sur les ouvrages, renforcement des procédures de dépotage, réalisation d’exercices de crise
  2. Remplacement de l’hydrazine par des substances moins nocives pour les CCG de Blénod et Martigues en France, d'EDF Norte Fluminense au Brésil et dans les sociétés d'EDF Polska

Ce domaine fait l’objet d’une animation forte : guides, formations, partages d’expérience entre entités et avec l’extérieur, R&D interne et externe, centre d’ingénierie dédié en appui aux opérationnels, ateliers réunissant les filiales et les experts d'EDF.

La dépollution des sols

La gestion des dépollutions est réalisée via une coordination entre les différents métiers.

Une démarche en quatre étapes

  1. Recensement des sites fonciers (achevé pour EDF).
  2. Identification des sites potentiellement pollués.
  3. Analyse des sols en donnant la priorité aux zones sensibles, mises sous surveillance, et élaboration d’un plan de gestion.
  4. Éventuelle réhabilitation en fonction de l’usage futur et des exigences réglementaires.

En France, EDF a évalué ses sites hydrauliques à risques vis-à-vis de la pollution passée des sols. 18 sites recensés sensibles ont fait l’objet de diagnostics sols pollués et 4 d'entre eux font l'objet de diagnostics complémentaires plus complets engagés depuis 2012.

En Angleterre, les travaux de remédiation des terrains prévus pour accueillir l'hébergement des ouvriers du chantier de Hinkley Point C et contaminés par du CS2 (solvant chimique toxique) se sont achevés en 2013. Les rapports ont été soumis aux autorités pour validation.

En Italie, Edison a constaté, via une étude préliminaire du site d'exploration Codogno 1, la contamination potentielle aux hydrocarbures lourds d'une petite zone. Après l’enquête en cours, un projet de remédiation du site sera déposé auprès des autorités et intégré au projet de restauration environnementale du site.

En Hongrie, DEMASZ a terminé de dépolluer le site de la centrale gaz de Szeged (fermée en 2009) : 6 500 m3 de terre ont été remplacés et un puits de contrôle installé.

  1. Via InnovaSol, EDF R&D améliore, avec d’autres industriels et l’université de Bordeaux, les techniques de caractérisation et de rémédiation des sols pollués
L’élimination des PCB

La Directive européenne de 1996 a imposé l’élimination avant fin 2010 des appareils contenant du PCB ou du PCT à un taux de concentration supérieure à 500 ppm. Le plan d’élimination des sociétés du Groupe a permis à la quasi-totalité d’entre-elles de respecter cette échéance.

En anticipation de la réglementation, ERDF et RTE ont engagé le traitement des appareils pollués à moins de 500 ppm.

ERDF entend éliminer totalement les PCB d'ici 2025 et s'est fixé l'objectif de réaliser d'ici 2019 la moitié de son programme, en particulier de traiter tous les postes sans bac.

  1. 59 000 transformateurs ERDF restant à traiter fin 2012, moins de 53 000 fin 2013

Les autres entités d’EDF se sont regroupées pour définir et déployer un plan d’élimination des appareils concernés.

Les polychlorobiphényles (PCB) sont des composés chimiques présents dans les isolants de matériels électriques comme les transformateurs et les condensateurs. Ils sont peu biodégradables et très toxiques pour l’homme et son environnement.

La réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires

Outre la sensibilisation des prestataires et le suivi de l’objectif quantitatif, le plan de réduction des produits phytosanitaires engagé en 2013 s'organise autour de quatre axes :

  1. amélioration de l’indicateur de suivi
  2. suivi de l’indicateur trimestriel plutôt qu’annuel
  3. sélection de 54 sites significatifs par leurs consommations ou surfaces
  4. gestion différenciée de chaque site significatif.
  1. Gestion différenciée des espaces verts sur 12 sites de la direction de l'Immobilier en 2013, formation de 13 salariés et de 3 prestataires (38 personnes)