Sûreté

Organisation et contrôle de la sûreté nucléaire

Au Royaume-Uni

EDF Energy (EDF 100 %) possède et opère sur huit sites quatorze réacteurs AGR (réacteurs graphite-gaz) et un REP (réacteur à eau pressurisée) comparable à ceux d’EDF en France.

Le contrôle externe

Les centrales d'EDF Energy fonctionnent dans le cadre d’une licence d’exploitation délivrée par l’Office for Nuclear Regulation (ONR). La licence comporte 36 conditions impératives qui couvrent tous les aspects d’une exploitation sûre.

L’ONR :

  1. contrôle la performance de l’exploitant et dispose d’un inspecteur basé dans chaque centrale
  2. doit approuver toutes les évolutions importantes des centrales ou de leurs procédures d’exploitation.
Les contrôles internes
Focus :
La politique de sûreté nucléaire du groupe EDF

Formalisée en 2012 au niveau du Groupe, la politique de sûreté nucléaire du groupe EDF, premier exploitant nucléaire mondial, est déployée dans tous ses pays d'implantation avec la même exigence d'amélioration continue.

Partout la sûreté nucléaire est la priorité absolue.

Partout, elle repose sur la rigueur, la transparence, les compétences des équipes, la fiabilité des matériels et l'efficacité des organisations.

Chaque pays agit toutefois dans le cadre de lois, règlements et autorité de sûreté qui lui sont propres.

La politique de sûreté nucléaire du Groupe.

La Direction Sûreté et Réglementation d’EDF Energy (SRD, Safety and Regulation Department) dispose d’un service Inspection et Surveillance Nucléaires (NIO) avec trois évaluateurs à plein temps sur chaque site sites et une équipe de 8 personnes au siège.

  1. Projet de création d'un Nuclear Safety Review Board couvrant l'exploitation

Un programme d’inspection planifié sur 24 mois évalue la performance par rapport :

  1. aux 36 conditions de permis des sites
  2. au cahier des charges d’EDF Energy
  3. aux objectifs et critères de WANO.

Les résultats sont notifiés aux équipes de direction sur site et hors site pour adoption éventuelle de mesures.

Les évènements significatifs sont notifiés au Régulateur par le biais des personnels d’astreinte.

Les évaluateurs valident la remise en service après les arrêts programmés en fonction des résultats de leur surveillance et de l’examen des modifications apportées par le SRD d’EDF Energy.

Tous les dix ans les réacteurs d'EDF Energy font l'objet d'une PSR, réévaluation périodique de sûreté conduite sous le contrôle de l'ONR qui doit valider les modifications proposées.

Le retour d’expérience international

Chaque site d'EDF Energy fait l'objet d'une Peer review de WANO tous les trois ans avec une revue Follow up tous les 18 mois pour évaluer l’avancement des travaux visant à combler les écarts de performance identifiés lors de la précédente revue.

  1. Follow up 2013 : avancement à 95 % avec un score A (progrès satisfaisant) ou B (progrès en cours à poursuivre) dans les 56 domaines d’amélioration identifiés pour les centrales de Sizewell B, Hinkley Point B et Heysham 1

En 2013, WANO a formulé ses conclusions pour les Peer reviews réalisées en 2012 à Dungeness B et Torness Peer.

  1. Dungeness B
    - Points positifs : climat de confiance, ouverture du personnel, proximité et respect entre le personnel et la direction, tendance positive en matière de culture de sûreté nucléaire.
    - Écarts de performance les plus notables : procédure de notification du personnel d’urgence et programmes de formation, vulnérabilité aux risques externes, indisponibilité de certains équipements et alarmes, charge des opérateurs, contrôle de configuration, préparation et priorisation des travaux, délais de suivi et résolution des actions, contrôle des matières combustibles
  2. Torness Peer
    - Points positifs : climat de confiance, priorité de la sûreté dans le processus décisionnel, culture forte du reporting, leadership performant et programme de coaching entre pairs.
    - Écarts de performance les plus notables : développement des normes de performance de l’industrie, pilotage managérial des problèmes d’équipement à long terme, délais de réalisation des actions correctives, programmation des tâches, dimensionnement des centres de contrôle d’urgence, contrôle de configuration, réponse et suivi des alarmes.

En 2013, WANO a formulé ses conclusions pour les Peer reviews réalisées en 2013 à Heysham 2 et Hartlepool.

  1. Heysham 2
    - Points positifs : climat de confiance, examen permanent de la sûreté nucléaire, volonté d’apprentissage organisationnel, culture forte du reporting, professionnalisme des équipes de la salle de commande.
    - Écarts de performance les plus notables : résolution des écarts de process, gestion du vieillissement et de l’obsolescence, traitement des déficits de performance des équipements, qualité et conformité des procédures, rigueur dans certaines activités opérationnelles, normes de gestion pour la préparation aux urgences et la lutte anti-incendie, suivi des paramètres chimiques et radiochimiques, procédures de formation et de qualification
  2. Hartlepool
    - Points positifs : climat de confiance, examen permanent de la sûreté nucléaire, priorité de la sûreté dans le processus décisionnel, culture forte du reporting, performances en sûreté nucléaire et industrielle, engagement à l’optimisation du leadership nucléaire, remise en question permanente à tous les niveaux d'organisation.
    - Écarts de performance les plus notables : scénarios d’exercices d’urgence et formation, délais de gestion du vieillissement et de l’obsolescence, application des fondamentaux de maintenance, debriefings avant et après travaux, réponse aux urgences, contrôle des matières combustibles, retards de travaux impactant les marges de sûreté, contrôle de la contamination.