Impacts

L'eau

Les impacts des ouvrages hydrauliques

L'hydroélectricité est la première des énergies renouvelables en France et dans le monde. Lorsqu'elle est issue de barrages ou d'éclusées, elle est aussi la seule façon de stocker l'électricité à grande échelle.

La construction d'un barrage et l'exploitation des centrales hydroélectriques ont des impacts sur l'économie locale, les écosystèmes et les modes de vie des populations situées en amont et en aval de l'installation.

Le Groupe échange avec ses parties prenantes pour diminuer l'impact sociétal, environnemental et paysager de ses ouvrages et pour contribuer à la gestion équilibrée de la ressource en eau.

Il cherche à accroître le rendement des aménagements hydroélectriques et participe aux programmes d'économie d'eau, notamment pour l'irrigation.

La gestion de l’eau des retenues en 2013

En France dans un contexte hydrologique très favorable (supérieur de 20 % à la moyenne), dû en particulier à un enneigement record des Pyrénées et des Alpes, EDF a respecté tous ses engagements (niveaux d’eau pour le tourisme, débits restitués, soutien d’étiage ou à l’agriculture), tout en préservant des stocks suffisants à l’amorce de l’hiver 2013-2014. Les pertes de production sous contrainte environnementale de débit ou de température ont été minimisées, sans impact significatif pour l’environnement. Au-delà de contribuer à la bonne valorisation de la ressource en eau, le stockage de l’eau dans les barrages au moment les plus aigus de la fonte a permis d’éviter d’aggraver les crues dévastatrices qu’ont connues quelques vallées des Pyrénées.

  1. Dans le Sud-Ouest, les soutiens d'étiage se sont réduits à 4,3 Mm3 (82,8 Mm3 en 2012)
Focus Barrage du Rizzanese en Corse

En Corse du Sud, EDF s’est attaché à l'intégration du barrage du Rizzanese (en service depuis 2013) dans son cadre naturel : la pierre est blanche et le design accidenté, à l’image des blocs granitiques qui structurent l’ubac et l’adret de la vallée.

  1. La conduite forcée a été enfouie près de la route départementale et de la chapelle Saint-Jean Baptiste. Dans ses parties aériennes, sa couleur est semblable à celle du couvert végétal. Les matériaux extraits pour son creusement ont été placés dans des secteurs vallonnés peu visibles, puis revégétalisés avec des essences locales. Pendant la construction de la conduite, EDF a déployé un dispositif de préservation des oliviers, une richesse économique de la vallée.
  2. Grâce à un bassin de démodulation, l’eau turbinée est restituée progressivement dans le lit de la rivière et une vanne de transit sédimentaire facilite le transport des sédiments, alors même que la loi LEMA de 2008 ne s’appliquait pas au barrage.
  3. Des études scientifiques ont été commandées pour identifier, recenser et suivre l’évolution de la faune et de la flore terrestres. Comme pour les barrages de Nam Theun et de Petit-Saut, EDF a lancé des études du milieu aquatique pour mesurer les impacts de l’aménagement en amont et en aval de l’ouvrage. Au stade actuel, ces études tendent à démontrer que les effets du barrage sont quasi inexistants en amont et très limités en aval. Un suivi de la qualité des eaux retenues permet de veiller sur la santé du nouvel écosystème aquatique.
  1. Dépenses 2013 en faveur de la biodiversité au titre des mesures compensatoires : 54 000 €
  2. Conclusion de deux conventions de mise à disposition d'eau avec la Collectivité territoriale de Corse (1,6 million de m3 par an en soutien des besoins agricoles) et la commune de Sainte-Lucie de Tallano (eau potable)

Dix millions d'euros pour préserver l'environnement

En Corse du Sud, l'Alta Rocca est une terre comme qui dirait d'exception, riche de 9 000 ans d'histoire et bastion de sites remarquables. Dès l'âge de bronze, c'est là que s'étaient installés les tous premiers habitants de la Corse. Une région qui fait partie également des onze secteurs du Parc naturel régional de Corse. La vallée du fleuve Rizzanese, peuplée d'oliviers et de feuillus, lui ouvre l'accès à la mer.

EDF s'est attachée à ce que le barrage de Rizzanese s'intègre au mieux à son cadre naturel, par son esthétisme d'une part, et ses capacités à respecter l'environnement de l'autre. La pierre est blanche, le design accidenté, à l'image des blocs granitiques qui structurent l'ubac et l'adret de la vallée. La conduite forcée a été enfouie aux abords de la route départementale 20, ainsi qu'aux abords de la chapelle Saint-Jean Baptiste. Dans ses parties aériennes, sa couleur est semblable à celle du couvert végétal environnant. Lors de son creusement, les matériaux extraits ont été entreposés dans des secteurs vallonnés peu visibles, puis revégétalisés avec des essences locales. Enfin, au moment de la construction de cette conduite, EDF a mis en œuvre un dispositif de préservation particulier des oliviers, une des richesses économiques de la vallée. Aucun d'entre eux n'a été détruit, et il a été proposé aux anciens propriétaires des terrains de récupérer les arbres (pluri)centenaires. Au final, une soixantaine d'arbres a été replantée sur des parcelles voisines.

Concernant le débit, un bassin de démodulation a été intégré dans le projet, de façon à restituer l'eau turbinée progressivement dans le lit de la rivière. Plus exemplaire encore, une vanne de transit sédimentaire a été installée pour faciliter le transport des sédiments, alors même que la loi LEMA de 2008 ne s'appliquait pas à ce barrage. Deux actions réalisées à titre volontaire.

Focus : le suivi écologique du barrage de Petit-Saut en Guyane

Un comité scientifique, réunissant chercheurs et ingénieurs du CNRS, du Muséum national d‘histoire naturelle, du laboratoire Hydréco, d'EDF et du ministère de l’Environnement, examine régulièrement les résultats des contrôles environnementaux réalisés par EDF au barrage de Petit-Saut en Guyane.

En janvier 2012 le Comité scientifique a constaté une poursuite de :

  1. l'amélioration de la qualité de l’eau dans et à l’aval de la retenue : les concentrations en méthane (puissant gaz à effet de serre) dissous, résultant de la décomposition de la végétation recouverte lors de la mise en eau, diminuent régulièrement depuis 2006 et sont inférieures à 1 mg/l
  2. la baisse des rejets de méthane dans l'atmosphère.

Toutefois le seuil aérateur (injection d’oxygène et expulsion de méthane) à l’aval de la centrale reste nécessaire car, au fond du réservoir, l’eau reste pauvre en oxygène.

L’expérience acquise à Petit-Saut est précieuse pour la connaissance des grands barrages tropicaux. Elle a servi pour celui de Nam Theum au Laos.

  1. Avec le barrage de Petit-Saut, la Guyane bénéficie en moyenne de plus de 60 % d'énergie renouvelable
  2. Avant la mise en eau du barrage en 1994, des naturalistes et des biologistes ont dressé un état du milieu naturel, à la demande d'EDF

Focus: Nam Theun

[lien Section parties prenantes)

(liens reportages sur le barrage et la gestion de la qualité des eaux de la retenuelien parties prenantes]

Focus : Nam Theun

Plus d'information sur le barrage et la gestion de la qualité des eaux : programmes territoriaux autour de l'aménagement de Nam Theun au Laos

Infographie animée sur les impacts des ouvrages hydrauliques :

You need Flash 9+

Pour voir correctement cette page, vous avez besoin d'avoir JavaScript activé et de Flash Player 10 (ou supérieur). Téléchargez la dernière version d'Adobe Flash Player.

You need Flash 9+