Parties prenantes

Territoires

Des projets industriels créateurs d’emplois

Les chantiers d’EDF apportent de l’activité et des emplois dans les régions où ils s’implantent. D’autant plus que le Groupe s’attache à donner toutes leurs chances aux entreprises locales, dans le respect des règles de concurrence. Il coopère avec les CCI et les autorités publiques. Il encourage ses principaux prestataires à identifier les activités pouvant être implantées dans la région et à recruter sur place.

Chantiers nucléaires

Ces énormes chantiers qui durent 5 à 8 ans et représentent plus de 5 milliards d’euros d’investissement sont pour les régions qui les accueillent des leviers économiques considérables.

La construction du réacteur EPR de Flamanville 3

  1. En France, le chantier nucléaire EPR de Flamanville a reçu le label Grand chantier en 2008 et son programme d’accompagnement économique a été validé en 2009. D'un montant de 110 M€ dont un tiers financé directement par EDF, ce programme a fait l’objet d'une concertation locale avec les parties prenantes et les élus. EDF s'est engagé sur l'objectif d'une main d'œuvre à 50 % locale via un plan d'actions conduit avec Pôle Emploi et le Conseil régional de Basse-Normandie pour former et recruter 600 personnes pour le chantier, avec un effort particulier pour favoriser l’insertion de personnes éloignées de l’emploi emplois (clauses d’insertion dans des contrats).
    1. 2 700 salariés prestataires sur le chantier en 2013
    2. 24 millions d’heures travaillées depuis 2007 dont plus de 50 % par des travailleurs régionaux
    3. Formation (plus de 540 000 heures), depuis 2007, de 770 demandeurs d’emplois dont 675 embauchés sur le chantier (relevant pour la moitié d'entre eux de la clause sociale)
    4. Depuis 2012, plan d’actions de l’Engagement de Développement de l’Emploi et des Compétences pour accompagner les salariés du génie civil, dont l’activité diminue. Réaffectation, si besoin après formation, de plus de la moitié des 360 salariés concernés
    5. Fin 2013, 39 des 58 projets du programme d’accompagnement sont achevés (23,6 millions d'euros). Quinze autres projets sont en cours. Principales réalisations de 2013 :
      - élargissement et sécurisation de la RD 23 qui constitue l’accès principal au site
      - modernisation du groupe scolaire de Barneville Carteret et construction d’une crèche sur l’agglomération de Cherbourg.

Le programme de maintenance et de rénovation d'envergure

L’allongement de la durée de fonctionnement des centrales nucléaires au-delà de 40 ans, dans les meilleures conditions de sûreté (en intégrant les modifications post-Fukushima), de sécurité et de protection de l’environnement, va entraîner un doublement du volume de travaux de maintenance et de rénovation sur la période 2015-2025 sur un parc de 58 réacteurs en fonctionnement.

Ce grand programme créera une importante activité chez les fournisseurs et un nombre important d’emplois en régions. Le cahier des charges social, issu d’un groupe de travail co-piloté par EDF mis en place par le Comité stratégique de filière nucléaire (CSFN) sous l’égide des pouvoirs publics, sera mis en œuvre dans les marchés avec les entreprises. Des travaux ont également été menés et présentés pour permettre aux entreprises concernées de mesurer les investissements à faire en formation et en recrutement.

  1. Première échéance avec un programme conséquent de travaux : la visite décennale de la tête de série du programme : l’unité N°2 de la centrale de Paluel en 2015.
    1. Sur cette centrale, un partenariat a été engagé avec Pôle emploi en 2013, pour faciliter le sourcing local de compétences nécessaires tant pour EDF que pour ses partenaires

Le projet EPR d’Hinkley Point au Royaume-Uni

Ce projet, qui a franchi une nouvelle étape en 2013 avec l’accord entre le gouvernement britannique et EDF, devrait, selon un rapport de l’Oxford Institute for Sustainable Development, drainer 100 millions £ par an vers l’économie locale pendant la construction, et 40 millions £ par an durant l’exploitation. Il créerait 5 000 emplois pour la construction et 900 postes pour l’exploitation.

Terminal méthanier de Dunkerque

Le terminal méthanier de Dunkerque, dont la mise en service est prévue fin 2015, est le 2e chantier industriel le plus important de France après celui de l’EPR de Flamanville.

Il pourra recevoir 13 Gm3 de gaz/an, 20 % de la consommation française et belge. Le chantier mobilise 1 Md€. Il emploie 1 200 salariés en 2013 et l’exploitation de l’installation créera environ 160 emplois directs et indirects. S’y ajoutent 150 M€ pour les travaux portuaires réalisés par le Grand Port Maritime et 80 M€ pour raccorder le terminal à la station de compression de Pitgam.

  1. Avec Pôle Emploi et Entreprendre Ensemble, EDF a créé un Point Emploi. Mission : identifier les métiers du chantier, favoriser l’embauche de main d’œuvre locale formée et donner la priorité au retour à l’emploi de chômeurs de longue durée (50 % des contrats signés à ce jour, dont 16 % allocataires du RSA) et aussi anticiper la fin du chantier pour aider les salariés à valoriser leurs acquis dans des entreprises du territoire.
    1. Avec 963 contrats signés depuis décembre 2011 (durée moyenne : 6 mois hors CDI), dont 92 % par des demandeurs d’emploi du Nord Pas-de-Calais, cet objectif est largement atteint
    2. Fin 2013, 37 % des 693 marchés passés pour la construction du terminal vont à des entreprises de la Côte d’Opale pour un chiffre d’affaires de 70 M€, 24 % à des entreprises régionales pour un chiffre d’affaires de 51 M€
    3. Recrutement de 50 jeunes en alternance sur le chantier. A l’issue de leur contrat ils seront embauchés par le CNPE de Gravelines et des entreprises du territoire
    4. Pour la phase d’exploitation, les recrutements non pourvus à l’interne passent par le même dispositif de guichet unique. Le pré recrutement de 15 rondiers a été engagé avec Pôle emploi et a permis d’intégrer 8 femmes sur ce métier technique souvent exclusivement masculin
  2. Une démarche de Gestion Territoriale des Emplois et des Compétences (GTEC) est engagée pour anticiper les fins de contrat du chantier, en identifiant les compétences sur le chantier, les besoins de compétences du territoire présents et futurs. Un Visa capacités et compétences du chantier du terminal méthanier est délivré aux salariés.
    1. Depuis début 2013, 198 visas délivrés, 215 mises en relation effectuées sur le chantier ou le territoire et 72 personnes embauchées
  3. Sur le plan industriel, l’ambition d’EDF et de la Communauté urbaine est de faire du terminal, qui stockera le gaz à -163° C, le centre d’un pôle technologique spécialisé dans le froid. D’où la création de l’institut INNOCOLD, financé par tiers par des entreprises, des universités et les collectivités, et axé sur les matériaux, l’énergie et l’environnement avec, pour chacun de ces domaines, une R&D, une plate-forme d’essai et des formations professionnelles.
    1. 5 thésards ont été recrutés, 3 sujets 2011 sont en cours de finalisation, 7 sujets sont en cours d’instruction, une option « froid » a été créée dans 2 licences professionnelles à la rentrée 2012 (12 étudiants en 2012/2013)
    2. Une étude technico-économique cofinancée par 9 industriels est en cours sur un projet de boucle d’essai en fluides froids
Chantiers du thermique

Le chantier d’extension de la centrale Port de l’Est à La Réunion

L’activité générée par le chantier a permis de maintenir un tissu industriel réunionnais, sinistré depuis la crise de 2009, notamment dans le génie civil, le second œuvre, la tuyauterie et l’électricité.

A toutes les étapes de la construction, EDF a collaboré étroitement avec Pôle Emploi, les entreprises et les organisations syndicales régionales (CGTR et CFDT). Ce dialogue a permis d’augmenter le taux des emplois locaux sur le chantier.

  1. Le chantier de construction a employé jusqu'à 800 personnes en même temps, fait intervenir 2 000 ouvriers, dont 70 % de Réunionnais, via 150 entreprises, dont plus de 120 locales. Pôle Emploi a lancé plus de 364 offres d’emploi, et 277 chômeurs ont été embauchés
  2. La centrale en service depuis 2013 emploiera jusqu'à 95 salariés permanents pour son exploitation

Le projet de CCG de Bouchain

La mise en œuvre de la convention de 2012, entre EDF, GE, la CCI, la Communauté d'Agglomération Porte du Hainaut et Pôle Emploi se poursuit pour favoriser tant le recours aux entreprises du territoire que l’insertion de personnes éloignées de l’emploi (9 082 heures d’insertion prévues.).

Grands chantiers de l’hydraulique

Le chantier de l'aménagement hydroélectrique du Rizzanese en Corse

Sur ce chantier les entreprises locales ont effectué plus de 30 % des travaux.

  1. La construction a mobilisé jusqu'à 300 personnes en même temps
  2. EDF a embauché près de 170 personnes en cinq ans et plus de 100 jeunes apprentis ont été formés

En vertu d’une convention avec la Collectivité territoriale de Corse, la mise en service du barrage s’accompagne d’une mise à disposition de 1,6 million de m3 d’eau chaque année pour l’agriculture.

Lancé en 2007, ce projet s’intègre dans un programme industriel EDF de près de 1,5 Md€ qui comprenait aussi la réalisation d’une interconnexion électrique entre la Sardaigne et la Corse, la mise en service d’une turbine à combustion et la construction d’une nouvelle centrale thermique. EDF est ainsi le premier investisseur industriel de l’île. Les entreprises locales ont aussi participé à la construction de nouvelles voieries, au renforcement des réseaux de télécommunications nécessaires au chantier, aux projets de développement autour du plan d’eau étudiés avec la Communauté de Communes de l’Alta Rocca, à la création d’une Maison de l’énergie et à l’aménagement paysager des abords de la Chapelle Saint Jean-Baptiste de Poggio, haut lieu touristique.

L’aménagement hydraulique de Romanche-Gavet

Pour ce chantier démarré en 2011, EDF favorise au maximum le développement économique de la vallée de l’Oisans (Isère), touchée par la décroissance industrielle : construction d’une maison de l’énergie qui sera restituée à la commune, recours à des entreprises ou de la main d’œuvre locales, (24 % actuellement), part exemple. Une clause d’insertion locale a été introduite dans les contrats de génie civil.

  1. De septembre 2012 à septembre 2013, 5,9 % des heures travaillées (16 000 heures) ont été réalisées par des personnes en insertion sociale (objectif : 5 %)

Au-delà de l’augmentation de la capacité de production de l’ouvrage (94 vs 85 MW), l’accès au cours d’eau sera accessible à d’autres activités économiques et le réseau d’eau potable de la commune sera amélioré. La renaturation des berges donnera une image plus verte à la vallée, où un seul barrage remplacera les six seuils précédents.

Autour des ENR

Les chantiers d’EDF Énergies Nouvelles privilégient le recours aux compétences locales. Lorsqu’elle assure l’exploitation et la maintenance de ses centrales, EDF Énergies Nouvelles crée, près des installations, des Centres Régionaux Maintenance (CRM) qui assurent des emplois pérennes.

  1. En Californie, la construction de la centrale solaire photovoltaïque Catalina Solar (143 MWc) a mobilisé 500 personnes
  2. En France, le projet de trois parcs d’éoliennes marines sur les côtes de l'Atlantique et de la Manche devrait créer près de 7 000 emplois, notamment pour la fabrication des éoliennes par Alstom à Saint-Nazaire et Cherbourg, la construction des parcs et les centres d’exploitation-maintenance
Réseaux de distribution

L’augmentation des investissements d’ERDF (de plus de 50% sur ces quatre dernières années) pour atteindre 4 Md€ en 2013 ont généré 22 000 emplois. En application de sa nouvelle politique industrielle, ERDF équilibre ses achats entre grandes entreprises et PME.

  1. En 2013, 95 % des travaux et prestations ont été commandés à des entreprises françaises, 53 % à des PME-PMI