Activité

Nucléaire

Conception des centrales nucléaires de nouvelle génération

Architecte-ensemblier et exploitant du premier parc mondial, EDF joue un rôle important dans le développement des centrales nucléaires de génération 3 dotées de nouveaux réacteurs REP plus économiques, plus sûrs et à moindre impact environnemental.

Les projets engagés par le Groupe à l'international bénéficient du retour d'expérience de la construction de l'EPR de Flamanville en France.

En France

Flamanville 3

Depuis 2007, EDF pilote à Flamanville la construction d'une tête de série EPR (European Pressurized water Reactor) de 1 600 MW : Flamanville 3, première centrale nucléaire construite en France depuis quinze ans. Conduits par l'ingénierie d'EDF, les travaux progressent sous le contrôle de l'ASN qui réalise aussi des inspections chez AREVA (îlot nucléaire) et ALSTOM (turbines) et dans les bureaux d’études.

  1. Évolution du contrôle-commande validée par l'ASN en avril 2012

Depuis le démarrage des travaux, plusieurs éléments ont impacté l'avancement du chantier et ses coûts :

  1. intégration des enseignements de l’accident de Fukushima (mars 2011) entraînant des études d’ingénierie supplémentaires et des modifications importantes
  2. modifications anticipant les évolutions de la réglementation, notamment pour les Équipements nucléaires sous pression
  3. aléas industriels, par exemple remplacement des 45 consoles métalliques du pont polaire en 2012
  4. aléas climatiques, comme ceux de l’hiver 2011/2012 et deux accidents mortels, qui ont conduit à interrompre les activités pendant plusieurs mois.
  1. Plus de 1 000 équipements à modifier avant de demander la mise en service de l’installation à l’Autorité de Sûreté, au lieu de 100 initialement envisagés

EDF a donc réévalué de 2 Md€ le coût complet de construction de l’EPR de Flamanville, pour une commercialisation des premiers kWh en 2016.

  1. 95 % des travaux de génie civil et près de 50 % des montages électromécaniques réalisés fin 2013
  2. Pose du dôme du bâtiment réacteur en juillet 2013
  3. Livraison de la cuve du réacteur en octobre 2013

Les avantages attendus de l'EPR

  1. Une baisse de 17 % de la consommation de combustible par rapport aux centrales actuelles, pour une même production.
  2. Une baisse de près de 30 % des volumes de déchets et effluents liquides et gazeux (hors carbone 14 et tritium) pour la même quantité d’énergie produite que les centrales les plus récentes.
  3. Un taux de disponibilité de l’ordre de 91 %.
  4. Les rapports de l’ASN sur le chantier de Flamanville 3 sont accessibles sur le site ASN.fr

Au Royaume-Uni

EDF Energy étudie, avec l'ingénierie du Groupe, la construction de quatre EPR à Hinkley Point et Sizewell. La certification et le processus d'autorisation de l'EPR se poursuivent.

Contexte

En 2009 l'avant-projet gouvernemental du Nuclear NPS (National Policy Statement, directive stratégique nationale) a souligné l'apport de l'EPR à une production d’énergie rentable, sûre et peu émettrice de CO2. En 2010, l'ONR, Autorité de sûreté nucléaire britannique, a validé les propositions d'EDF et d'AREVA pour adapter le contrôle commande de l'EPR à ses exigences.

En juillet 2011, le parlement britannique a voté la Déclaration nationale de politique nucléaire qui confirme le programme de construction de centrales nucléaires et énumère huit sites potentiels, dont cinq d'EDF Energy : Hinkley Point, Sizewell, Bradwell, Hartlepool, Heysham.

Le projet Hinkley Point C

Le site d'Hinkley Point C pourrait accueillir les deux premiers réacteurs EPR. Rappel des principales étapes.

  1. Juillet - octobre 2010 : consultation publique sur le site (3 000 participants).
  2. Juillet 2011 : validation par le Conseil du West Somerset de la demande de permis d’aménagement pour des travaux préparatoires (routes, jetée) déposée par EDF Energy.
  3. Février 2012 : signature des premiers accords avec les fournisseurs pour les travaux de préparation du site, les chaudières et systèmes d'instrumentation et de contrôle commande, la formation de techniciens.
  4. Mai 2012 : présentation par le gouvernement britannique du projet de loi sur l’énergie instaurant notamment des contracts for difference, mécanismes contractuels encourageant les investissements dans les énergies peu émettrices de CO2 .
  5. Novembre et décembre 2012 :
    - certification par l'ONR de l'organisation d'EDF pour construire et exploiter le site d'Hinkley Point C (Nuclear Site License) et du design de l'EPR (Design Acceptance Certificate)
    - recommandation pour le permis de construire.
  6. Mars 2013 : acceptation par le gouvernement britannique du permis de construire (Development Consent Order, DCO) et délivrance par l'Agence pour l'environnement trois principaux permis environnementaux pour exploiter Hinkley Point C.
  7. 21 octobre 2013 : conclusion d'un accord de principe avec le gouvernement britannique portant sur :

    - les principaux termes commerciaux du contrat d’investissement d'Hinkley Point C
    - la confirmation que le projet bénéficiera d’une garantie de financement dans le cadre du programme Infrastructure UK mis en place par le gouvernement britannique selon des conditions et termes à définir
    - les lettres d’intention relatives aux investissements des partenaires d’EDF
    - les quatre principaux contrats d’ingénierie et de construction
    - les termes du programme de financement du démantèlement de Hinkley Point C.

Ces accords et la construction de la centrale sont conditionnés à la décision finale d’investissement. Le gouvernement et le groupe EDF travailleront ensemble pour gérer les étapes restantes avant la décision finale.

  1. Prix d’exercice : 89,50 £/MWh si le projet de centrale de Sizewell C est finalisé, 92,50 £/MWh en l’absence de finalisation de Sizewell C
  2. Partenaires : Groupe EDF (45-50 %), AREVA (10 %), China General Nuclear Corporation /China National Nuclear Corporation (30-40 %), poursuite des discussions avec une sélection d’autres parties intéressées (15 %)

La construction de l'EPR d'Hinkley Point C pourrait employer jusqu'à 25 000 personnes, avec 5 600 intervenants sur site en période de pointe, et des milliers de plus dans la chaîne d'approvisionnement.

Le projet s'assortit d'un programme d'accompagnement local :

  1. fonds communautaire pour des initiatives solidaires
  2. fonds logement pour la rénovation de logements vacants ou vétustes, et prêts facilitant l’accès à la propriété
  3. financement d'actions en faveur de la formation, du développement des compétences et de l’éducation, de l’environnement, des loisirs, de la santé, de l’amélioration du réseau routier de Bridgwater
  4. réalisation de quatre relais parking/transport public, de deux sites de gestion de fret et d'une jetée temporaire, rénovation d’un quai, aménagements routiers pour réduire la circulation sur les petites routes et contourner Cannington
  5. construction d'un campus d’hébergement sur le site et de deux campus à Bridgwater.
  1. Près de 1 Md£ de contrats engagés avec 400 entreprises britanniques
  2. Investissement de 15 M£ pour créer un centre de formation avec le Bridgewater College de Somerset
  3. Engagement de long terme avec le Conseil des compétences des industries chimique, nucléaire et pétrolière (COGENT), l’Académie nationale des compétences nucléaires et l’Académie nationale des compétences en énergie, services publics et électricité pour s'assurer de la disponibilité de personnel formé aux activités des futures centrales

Le projet de Sizewell C

La consultation publique officielle a été lancée le 21 novembre 2012.

En Chine

EDF et son partenaire historique CGNPC (China Guangdong National Power Co) construisent deux EPR (1 750 MW chacun) à Taïshan via la société commune TNPJVC (EDF 30 %) qui exploitera aussi ces installations durant 50 ans.

  1. Début des essais systèmes de la tranche 1 et des montages électromécaniques de la tranche 2 en 2013
  2. Engagement de CGNPC à réaliser avant le démarrage des réacteurs une revue interne renforcée par des pairs d'autres sites en démarrage, puis une pre-start Peer review de WANO et une pre-start OSART de l'AIEA
Dans les autres pays

En Pologne, EDF a conclu avec PGE, Polska Grupa Energetyczna, premier électricien polonais et responsable technique du programme nucléaire, un protocole d’accord portant sur des études de faisabilité pour la construction d'un réacteur nucléaire. En octobre 2012, EDF a conclu avec AREVA et l'entreprise d'ingénierie Energoprojeckt, un accord visant à associer les compétences industrielles et techniques des trois entreprises pour répondre au futur appel d'offres gouvernemental.

  1. Poursuite de la préparation de l'offre avec AREVA
  2. Résultats positifs de la mission INIR (examen intégré de l'infrastructure nucléaire) de l'AIEA en Pologne en mars 2013
  3. Le gouvernement polonais a adopté en janvier 2014 le Programme Nucléaire Polonais posant un cadre juridique et technologique à la mise en service d'ici fin 2024 d'un premier réacteur.

Aux Pays-Bas, une collaboration avait été engagée avec l'électricien néerlandais DELTA pour l’éventuel futur développement d’une centrale nucléaire à Borssele, dans la province de Zeelande. En 2012, Delta a annoncé sa décision de suspendre le projet pour quelques années, les conditions de développement du projet n’étant pas réunies.

En Russie, EDF et Rosatom ont conclu un accord de coopération en 2010 dans les domaines de la R&D, du combustible nucléaire et des installations nucléaires. Les travaux sont coordonnés par un Comité de pilotage mixte.