Activité

Énergies renouvelables

Biomasse

Caractéristiques
  1. Production d'électricité et de chaleur, ou de carburants, par la combustion ou la distillation de déchets et résidus de matières organiques.
  2. Le CO2 dégagé lors de la combustion doit être compensé par des plantations équivalentes qui l'absorberont durant leur croissance.
L'expertise de Dalkia

Dalkia (EDF 34 % de la société holding) apporte aux industriels et collectivités une expertise reconnue pour la combustion de biomasse. Il est un leader de cette énergie et l’intégration de Dalkia France dans le groupe EDF prévue en 2015 (soumise à approbation de la Commission européenne) devrait apporter au Groupe une expérience et une expertise à la dimension requise.

Nombre des réseaux de chaleur exploités, et pour certains détenus, par Dalkia recourent à la biomasse, avec un double avantage pour les collectivités : un bilan carbone allégé et des dépenses maîtrisées.

  1. Mise en service fin 2012, la nouvelle chaufferie bois (7,7 MW) du quartier de La Gauthière à Clermont-Ferrand couvre près de 80 % des besoins du réseau de chaleur et alimente en chauffage et en eau chaude sanitaire plus de 4 000 équivalents logements

Dans l'industrie, Dalkia propose des solutions pour valoriser la biomasse forestière ou agricole locale et aussi les sous-produits de process industriels : marc de café ou sciures et écorces de bois.

  1. En France, Dalkia a inauguré en 2012, sur le site du papetier Smurfit Kappa Cellulose du Pin à Biganos-Facture, la plus grande centrale française de cogénération (vapeur et électricité) biomasse. Cette réalisation fait suite au gain de l'appel d'offres lancé par la Commission de Régulation de l'Énergie. L'alimentation de la chaudière nécessite 503 000 t de biomasse par an : 219 000 t d'écorces et fines de classage, utilisées dans la chaudière actuelle, auxquelles s'ajoutent 200 000 t de branches et souches apportées par Smurfit ainsi que 84 000 t de bois de récupération fournis par la filiale biomasse de Dalkia. L'installation évite l'émission de 200 000 t de CO2 par an
L’intervention de TIRU

Détenu à 51% par EDF, 25% par GDF Suez et 24% par Veolia Environnement, TIRU valorise les déchets pour le chauffage urbain et les usages industriels.

En France et au Canada, ses 19 unités de traitement thermique et biologique ont vendu près de 2,55 TWh d’électricité et de vapeur en 2012, dont 50 % d’énergie verte, produits à partir de 3 millions de tonnes de déchets traités. Ses unités de valorisation matière ont valorisé 340 000 tonnes d’autres déchets (tri/recyclage et compostage). Grâce à TIRU, près de 293 000 habitants sont chauffés et 620 000 habitants alimentés en électricité chaque année.

Les sociétés du groupe EDF

En Pologne, les sociétés d'EDF Polska valorisent de la biomasse dans leurs centrales à charbon, pour réduire leurs émissions de CO2. Elles ont converti leurs chaudières en unités 100% biomasse, comme Kogeneracja à Czechnica, et développé des systèmes de co-combustion avec injection directe de biomasse dans les foyers de leurs chaudières à charbon, comme EDF Polska Cracovie.

En 2013, l’effondrement du marché des certificats verts et le manque de visibilité sur la future règlementation relative aux énergies renouvelables ont contraint EDF Polska à réduire sa production

  1. Baisse de 85 % chez Kogeneracja et de 64 % chez EDF Polska Rybnik
  2. Un centre R&D tourné dédié aux technologies de la biomasse et du charbon à Cracovie

En Hongrie, la centrale de Zöldforrás (1 200 kW) d'EDF DÉMÁSZ, première centrale au biogaz du groupe EDF dans ce pays, a commencé à valoriser les déchets de l'industrie des spiritueux en 2013.

En Allemagne, l'acquisition en 2012, par EDF Trading, du producteur de granulés de bois HPS (Holzkontor und Pelletierwerk Schwedt GmBH) sécurise les approvisionnements en biomasse de certaines centrales électriques du groupe EDF en Grande-Bretagne et en Pologne. HPS dispose d’une capacité de production de 120 000 t/an.

Aux États-Unis, EDF Énergies Nouvelles a mis en en service la centrale de Pinelands (Caroline du Sud) qui valorise des bois de récupération (35,6 MW).